Yasmine

6e année

Fredericton
Nouveau-Brunswick

Mon chez moi grandit avec moi

Mon chez moi a commencé il y a longtemps, dans le ventre de ma mère. J’y trouvais tout ce que je voulais ; nourriture, chaleur, paix et confort. Je m’y sentais tellement bien que quand je l’ai quitté j’ai beaucoup pleuré…même si j’y ai passé sept mois seulement, contrairement aux autres bébés, qui eux restent neuf mois.
Par la suite, j’ai appris que mon chez moi était parmi ma famille ; mes deux sœurs et mes deux parents. Je menais ma petite vie tranquillement et dès que ma mère m’emmenait hors de la maison je pleurais pour rentrer chez moi. C’était le seul endroit au monde où je me sentais en sécurité. En fait j’avais peur de tout ce qui n’était pas mon chez moi. C’était un peu comme le ventre de ma mère mais avec mes sœurs et mes parents autour. Plus tard il s’ajoutait à mon chez moi, ma garderie. Elle devenait aussi mon deuxième chez moi. Je m’y sentais en paix et en sécurité. J’avais plein d’amis avec qui j’apprenais et je jouais beaucoup. Là, j’ai appris que le chez soi peut être la maison et la garderie. Mais il y a eu l’école quelques années plus tard. C’était encore un chez moi. J’ai grandi et j’ai remarqué que quand nous partions en voyage nous avions hâte de revenir dans notre ville. Elle était donc aussi mon chez moi, c’est elle que je choisirais entre toutes les villes du monde.
Au fur et à mesure que je grandissais, mon chez moi grandissait aussi ; il devenait ma province; Le Nouveau Brunswick, mon pays; Le Canada; ma planète; la terre; peut-être même ma galaxie; La Voie Lactée.
Le chez soi c’est aussi le nid pour l’oiseau, la ruche pour l’abeille, et la tanière pour le loup.